Slafkovski? Nous nous soucions de la qualité, pas du pays d’origine – Équipe nationale – Hockey – Sports

Il attend depuis près de 30 ans le succès tant convoité – remporter la Coupe Stanley. Le Canadien de Montréal, célèbre marque de hockey, sera rejoint par Kent Hughes (52 ans).



Photo: ,

Fans slovaques et au premier plan Juraj Slafkovský.




Le directeur général d’un club canadien de premier plan ne manque pas aux championnats du monde en Finlande, où lui et ses collègues guettent d’éventuels renforts.

Il a également tourné son attention vers Juraj Slafkovsky, qui est l’un des plus grands espoirs du repêchage de juillet de la LNH. Les Canadiens seront les premiers à choisir leurs talents et ils pourront transformer l’attaquant slovaque en unité de repêchage.

Comment avez-vous reçu la nouvelle du tirage au sort ?

Nous sommes ravis. La sélection des jeunes talents aura lieu à Montréal, nous répondons aux attentes. Surtout après la saison qui n’a pas fonctionné pour nous. Nous avons la possibilité de choisir un jeune joueur qui sera une partie importante de notre organisation. Je crois que nous y bâtirons l’avenir de l’équipe.

Le club canadien subit-il une pression publique pour choisir un joueur à domicile?

Pas. Peu importe d’où vient le jeune joueur de hockey. Nous nous soucions de la qualité, pas du pays d’origine. Nous choisirons le joueur qui, selon nous, conviendra le mieux à notre club.

10. Jonathan Lekkerimäki (Suède / Djurgårdens ...

9. Danila Jurov (Russie / Magnitogorsk) - 18 ans.

Les Canadiens choisiront-ils entre Shan Wright et Juraj Slafkovsky?

Je ne voudrais pas mettre notre choix joueur contre joueur. Nous suivons plusieurs adeptes. Le moment venu, nous évaluons leurs avantages et leurs inconvénients, puis nous décidons.

Quels sont les avantages de Slafkovský ?

C’est un attaquant grand et fort avec un bon patinage et une technique de club de qualité. Il a un tournoi olympique réussi et c’est pourquoi nous sommes venus le voir à Helsinki. Nous avons aimé la façon dont il a joué lors du match d’ouverture des Slovaques au championnat contre la France.

Est-il prêt à jouer de profil dès la saison prochaine maintenant ?

On verra. Comparé aux autres joueurs de l’année de repêchage en cours, il a l’avantage d’avoir joué une partie de la saison dernière dans la compétition masculine. S’il n’a pas les compétences et les qualités pour débuter chez les seniors, ils le laisseront en junior à Turku. Cependant, la LNH est un niveau différent. Il doit convaincre les compétents qu’il l’a.

Que doit-il améliorer ?

Je ne te le dirai pas. Un jeune joueur de hockey n’est pas un joueur fini. Il doit travailler sur lui-même chaque jour, ne pas ralentir ses efforts. Il peut alors devenir une étoile potentielle dans la LNH.

Craig Ramsay, Jan Pardavy Lire la suite Ramsay a changé d’avis et attaque. Il n’y avait plus de pierre dans l’ensemble

S’il a mal joué dans le match où vous êtes venu le voir, cela vous découragerait-il ?

Pas. Je ne connais pas le joueur qui ferait chaque duel à cent pour cent. Nous pensons et prenons des décisions dans un contexte plus large.

Regardez-vous aussi Simon Nemc ?

Oui. Comme je l’ai dit, nous sommes tous intéressés par des joueurs de qualité. L’Allemand joue avec la vue, déplace bien la rondelle. On l’aime bien, c’est un défenseur talentueux avec un avenir prometteur.

N’est-ce pas un désavantage pour lui de ne jouer qu’en championnat slovaque ?

Je ne pense pas. Un joueur de qualité peut s’améliorer dans n’importe quelle compétition. Chaque ligue a ses spécificités. Si un joueur travaille dur sur lui-même, peu importe l’environnement de jeu.

Le directeur général se sent-il obligé de choisir le bon joueur lors du repêchage?

Oui, surtout si son club choisit la première place. Il n’est pas important d’atteindre le talent le plus en vue du moment, mais le meilleur joueur de hockey pour l’avenir. Le brouillon n’est pas sorcier.

On regarde les adeptes en direct, sur des vidéos, on récolte des informations. La Coupe du monde n’est pas le seul événement qui nous intéresse. Les séries éliminatoires se déroulent actuellement dans les compétitions juniors de la WHL ou de l’OHL. Quand toutes les ligues seront terminées, nous réfléchirons ensemble et en juillet nous essaierons de prendre la bonne décision.

Le verdict final est-il pour vous ?

Non, définitivement le chef de nos éclaireurs. Il a la plus grande vue d’ensemble de la situation et, à cet égard, notre confiance.

Le nombre de joueurs de hockey dans les Tatras est en baisse. Néanmoins, le hockey slovaque a-t-il encore bonne réputation au Canada ?

Je pense que oui. C’est un cycle, un échange de générations. Il y avait des années où ils « entraient » dans le repêchage d’un grand joueur de hockey suédois ou finlandais. Ensuite, il y avait surtout de jeunes Canadiens dans le cours. Vous trouverez de bons joueurs partout dans le monde.

Quand vous dites Slovaquie, à quel joueur pensez-vous en premier ?

Miroslav Satan. Nous l’avons rencontré ici à Helsinki, maintenant il dirige votre hockey. C’était un grand joueur, je l’ai regardé pendant longtemps.

Martin Fehérváry Lire la suite Fehérváry a reçu son consentement. Satan a révélé quand il monterait à bord

Lequel des Slovaques choisiriez-vous pour l’équipe ?

(sourire) Attendez, je vais demander à mes collègues… (se tourne vers la légende canadienne Vincent Lecavalier, conseiller en gestion des Canadiens) Vincent dit Marian Hoss. Je prendrais Zdena Char. C’est un joueur unique.

J’ai travaillé à Boston en tant qu’entraîneur de l’équipe junior et j’ai représenté Patrick Bergeron en tant qu’agent. J’ai vu beaucoup de matchs des Bruins. Chara a une éthique de travail admirable. Il est un leader et un modèle pour les jeunes joueurs de hockey.

Y aura-t-il de meilleurs moments pour flasher à Montréal après le repêchage?

Un joueur, aussi bon soit-il, ne fait pas toute l’équipe. Je suis dans le Canadien depuis relativement peu de temps, arrivé à la mi-janvier. La saison 2020/21 a été réussie, le club s’est qualifié pour les batailles finales pour la Coupe Stanley.

Nous n’avons pas réussi cette année, mais je crois que si nous éliminons les lacunes et travaillons sur nos points forts, nous pouvons atteindre à nouveau le sommet. Montréal est une ville de hockey, les partisans le méritent.

Alexei Zitnik (Russie) - CM 1992, Jeux Olympiques 1992, MSJ ...

Simon Nemec (Slovaquie) - CM 2022, Jeux Olympiques 2022, ...

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.