Technologie de science-fiction pour lutter contre les moustiques porteurs du paludisme

Le groupe de recherche Target Malaria teste de nouvelles technologies génétiques sur les moustiques responsables du paludisme dans les laboratoires.

Il s’agit de ce que l’on appelle les forçages génétiques – une nouvelle génération de technologie de modification génétique (GM). La façon dont la technologie/l’édition des gènes fonctionne ressemble à quelque chose d’un roman de science-fiction, mais elle est déjà utilisée dans des tests en laboratoire. C’est une chose compliquée, mais voici une explication simple.

Alors que la modification standard des gènes génétiquement modifiés introduit un nouveau gène modifié en laboratoire dans un organisme, la technologie du forçage génétique va encore plus loin. Il introduit un forçage génétique – un gène créé dans un laboratoire qui peut également se répliquer automatiquement – ciblant un gène naturel spécifique et l’éliminant.

Voici comment cela fonctionne : si un animal (parent A) qui contient le forçage génétique s’accouple avec un animal qui n’en contient pas (parent B), alors dans l’embryon en formation, qui commence à combiner son matériel génétique, le forçage génétique du parent A commence immédiatement travail. Il reconnaît la version naturelle de son gène sur le chromosome opposé du parent B et le détruit en le coupant du brin d’ADN. Le chromosome du parent B se répare alors, mais il le fait en copiant le forçage génétique du parent A. Ainsi, l’embryon et la progéniture résultante sont assurés d’avoir un forçage génétique, plutôt qu’une chance de 50 % avec une modification génétique standard, car l’embryon prend la moitié de ses gènes de chaque parent.

Target Malaria a développé des forçages génétiques qui empêchent les moustiques de produire une progéniture femelle. Ceci est important pour deux raisons – seules les femelles piquent et sans elles, le nombre de moustiques diminuera. L’objectif principal est de réduire considérablement le nombre de personnes qui meurent du paludisme, qui selon l’Organisation mondiale de la santé était de 627 000 en 2020. Cela pourrait également réduire l’impact économique de la maladie.

Cependant, tout le monde n’est pas enthousiasmé par cette technologie. « C’est extrêmement inquiétant », déclare Liz O’Neill, directrice du groupe britannique de campagne environnementale contre la modification génétique, GM Freeze. « Libérer quelque chose qui a été spécifiquement créé dans un laboratoire pour vaincre la nature et le diffuser sans exception au sein des populations sauvages est extrêmement arrogant. Une fois que le génie est sorti de la bouteille, vous ne pouvez plus le remettre.

Pourtant, des militants comme Liz O’Neill affirment que les risques de conséquences imprévues sont trop élevés, car les forçages génétiques peuvent entraîner des mutations nocives et imprévues et des effets d’entraînement. « Toute inquiétude que l’on pourrait avoir concernant l’utilisation d’une modification génétique est exponentiellement plus préoccupante lorsque nous parlons de forçage génétique, car ils sont conçus pour se propager. »

Bien que la technologie n’ait pas encore été approuvée pour une utilisation dans la nature, rien n’interdit de poursuivre ses recherches en laboratoire.

Le Dr Jonathan Kayondo est chercheur principal sur le paludisme en Ouganda. Il souligne que les forçages génétiques naturels existent déjà – dominés par des « gènes égoïstes » qui prévalent sur les plus faibles. Il souligne également que la sécurité reste une préoccupation majeure alors que le développement des forçages génétiques génétiquement modifiés se poursuit.

« Le paludisme est l’une des plus anciennes maladies de la planète, et malgré des décennies d’efforts, un enfant meurt encore du paludisme chaque minute », dit-il. « Des approches innovantes sont nécessaires de toute urgence car le moustique et le parasite du paludisme deviennent de plus en plus résistants aux méthodes actuelles. Les approches de forçage génétique pourraient faire partie d’une approche intégrée dans la lutte contre le paludisme, complétant les interventions existantes. »

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.