Ukraine Russia Online: un raid aérien russe frappe l’usine chimique de Severodonetsk

Le Premier ministre Heger salue l’unité et la compréhension au sein de l’UE dans l’adoption du sixième train de sanctions contre la Russie. Il a expliqué que l’embargo était en place depuis la fin de 2022 et affecterait 90% des importations de pétrole de la Russie.

Il a rappelé que la Slovaquie, ainsi que la République tchèque et la Hongrie, bénéficient d’une exemption temporaire pour les approvisionnements via le gazoduc Druzhba.

Il a également apprécié que d’autres pays de l’Euroblock comprennent la situation des pays enclavés, comme la Slovaquie, qui dépendent fortement du pétrole russe et ne peuvent pas sécuriser le pétrole par eux-mêmes. C’était le principal argument sur lequel tout le monde était d’accord, à l’exception des approvisionnements par le pipeline Druzhba.

« Une partie de l’accord est qu’en cas d’urgence, les autres pays seront solidaires et pourront nous approvisionner en pétrole autrement que par l’oléoduc Druzhba », a-t-il déclaré.

Heger a ajouté que les technologies utilisées par la Slovaquie sont adaptées au pétrole russe et que leur conversion signifiera non seulement des investissements supplémentaires, mais aussi du temps.

Le paquet de sanctions approuvé comprend également la déconnexion d’autres banques de Russie et de Biélorussie, y compris l’institution financière Sberbank, l’extension de la liste à d’autres personnes proches de Vladimir Poutine, une interdiction de diffusion de l’UE pour trois autres médias russes et une interdiction des services consultatifs. services pour la Russie et la Russie. entités juridiques.

Selon lui, les discussions sur les sanctions pétrolières se sont basées sur les données et la capacité des pays à faire face à la situation.

Comme tous les pays de l’UE ne sont pas prêts à se déconnecter immédiatement du pétrole russe, il n’y a pas eu de déconnexion immédiate pour le moment.

Il a également déclaré que certains dirigeants membres lors du sommet avaient évoqué la nécessité d’introduire le septième ensemble de sanctions contre la Russie, qui couvrirait également l’embargo sur les importations de gaz russe.

Heger a souligné que l’UE importe 150 milliards de mètres cubes de gaz par an de Russie et que la Slovaquie ne peut actuellement pas remplacer la quantité importée, malgré le fait que l’interconnexion avec la Pologne est déjà achevée et prête.

En effet, il n’y a pas assez de terminaux pour prendre en charge le gaz liquéfié et il n’y a pas assez d’approvisionnement de ce gaz pour l’Europe.

« C’est le travail qui nous attend dans les mois et les années à venir pour pouvoir remplacer définitivement le gaz russe par un autre gaz. Et d’autres sanctions qui doivent être exécutoires suivront », a-t-il expliqué. C’est pourquoi, selon lui, il n’y a pas eu de discussions sur le septième paquet de sanctions contre la Russie lors du sommet. (TASR)

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.