Un voyage en Russie et des négociations avec Poutine ? Pourquoi les propos de Macron ne sont pas très réels

Mon voyage en Russie n’est pas exclu. C’est ce qu’a déclaré le président français Emmanuel Macron après sa visite à Kiev avec la chancelière allemande et le Premier ministre italien et sa rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. L’expert dit qu’il est trop tôt pour de tels plans.

Macron a souvent communiqué avec Poutine même après l’invasion russe de l’Ukraine. Il a été critiqué par d’autres dirigeants occidentaux, tels que la Grande-Bretagne et la Pologne, pour ses longs appels téléphoniques au sujet de la guerre en cours. De plus, la France et l’Allemagne perçoivent négativement qu’elles ne sont pas en mesure de prendre une position suffisamment ferme vis-à-vis de la Russie, même si elles apportent une aide répétée à nos voisins de l’Est.

Selon le patron de l’Elysée, un éventuel voyage en Russie nécessitera des concessions de Poutine. « Je pense qu’aujourd’hui le voyage en Russie nécessite des conditions, c’est-à-dire un geste du président Poutine. Je n’irai pas là-bas comme ça », a déclaré Macron lors de sa visite en Ukraine.

Parler à Poutine seul est désastreusement peu

Macron a mentionné qu’il pourrait parler au chef du Kremlin de questions humanitaires, de la protection des prisonniers ou de la sécurité alimentaire. Il a également déclaré qu’une telle action éventuelle serait transparente pour le président ukrainien Volodymyr Zelenysky.

Comme l’a expliqué Matúš Halás de l’Institut des relations internationales de Prague, avec ces déclarations, Macron a envoyé un signal d’abord à l’Ukraine et à son peuple, puis à Poutine.

Il était également important – et tout à fait naturel – qu’il se rende d’abord à Kiev et non à Moscou, par exemple. Au contraire, cela serait perçu comme très controversé.

Or, le déplacement au Kremlin est actuellement irréaliste pour Macron. « C’est trop tôt. La guerre ne se terminera pas cette année, et toute négociation n’a pas beaucoup de valeur ajoutée dans la situation actuelle, à moins qu’elle ne porte sur des questions très précises liées aux combats, comme l’échange de prisonniers de guerre », a déclaré Halás. a dit.

Après un voyage conjoint en Ukraine, le chancelier allemand Olaf Scholz a également commenté les pourparlers avec Poutine. Il a qualifié de parler au président russe en ces temps « absolument nécessaire ».

Selon Halás, le problème de nombreux représentants des pays d’Europe occidentale est qu’ils disent beaucoup, mais malheureusement ils font peu. Afin de pouvoir justifier leurs différends avec l’ennemi, ils doivent également avoir derrière eux de véritables actes.

« Mais quand la Pologne, la République tchèque et même la Slovaquie envoient des armements à l’Ukraine dans une quantité au moins comparable à ce qui y est envoyé par l’Allemagne ou la France plusieurs fois plus grandes, alors il semble que la seule chose dont Macron et Scholz sont vraiment juste maintenir la communication avec Poutine. Cependant, cela en soi est catastrophiquement petit « , a déclaré Halás.

Critique pour « ne pas humilier la Russie »

Emmanuel Macron a également suscité une vague de critiques pour une récente déclaration affirmant qu' »il ne faut pas humilier la Russie ». « Pour que le jour où les combats cessent, on puisse construire une rampe de fuite par la diplomatie. Je suis convaincu que le rôle de la France est d’être une puissance médiatrice », a déclaré ses propos dans une interview aux médias français.

La vive réaction est également venue directement d’Ukraine. « Les défis de ne pas humilier la Russie ne peuvent être humiliés que par la France et tout autre pays qui exige une telle chose. C’est la Russie qui s’est humiliée. Concentrons-nous tous sur la façon de mettre la Russie à un autre endroit. Cela apportera la paix et sauvera des vies, « Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a écrit sur Twitter.

Selon Halás, les paroles de Macron sont un principe classique qui permet de parvenir à un accord dans les relations internationales.

« A moins que votre objectif ne soit une reddition inconditionnelle, comme dans le cas de la défaite de l’Allemagne et du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, vous devez donner à l’ennemi une « voie de sortie » du conflit afin qu’il puisse justifier l’adoption d’un accord de paix et non Il n’y aurait rien de spécial à cela », explique l’expert, et rappelle immédiatement que le contexte actuel est un peu inadapté. La Russie attaque toujours et est très loin de la défaite.

« La guerre peut durer très longtemps et nous devrions être plus intéressés à aider l’Ukraine à renverser la situation actuelle qu’à penser à ‘ce qui arrivera le moment venu' », a déclaré l’expert.

Selon Halás, Emmanuel Macron cherche à jouer le rôle de médiateur dans d’éventuels futurs pourparlers de paix. Mais on peut se demander dans quelle mesure il s’agit d’une ambition réaliste à ce stade de la lutte.

De plus, le dirigeant français connaît une période chargée sur la scène politique intérieure. Il a perdu la majorité actuelle des sièges au parlement après les élections législatives de dimanche.

Bien que l’alliance centriste du président Together se soit retrouvée avec une avance significative en premier lieu, elle n’a remporté que 245 sièges à la chambre basse du parlement. C’est 44 de moins que ce dont elle avait besoin pour obtenir la majorité absolue.

Cependant, dans le cadre de la guerre en Ukraine, les experts ne s’attendent pas à ce que la position de la France change après ces élections. « La politique étrangère de la France relève de la seule responsabilité du président. Il n’y a aucun point d’interrogation là-dedans. Un changement significatif attend le pays dans les politiques intérieures », a-t-il expliqué pour ČT24 l’ancien ambassadeur tchèque en France Petr Janyška.

EN LIGNE : La télévision russe a commencé à émettre dans la région de Kherson, selon l'armée


EN LIGNE : La télévision russe a commencé à émettre dans la région de Kherson, selon l’armée

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.