Von der Leyen et Macron n’ont pas exclu une modification des traités de l’UE. La fin du vote à l’unanimité est en jeu

Les chefs des institutions européennes ont promis aujourd’hui de mettre en pratique certaines des suggestions des citoyens issues du débat paneuropéen qui a duré un an.

Vote à l’unanimité

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé à l’abolition de la prise de décision à l’unanimité des 27 États membres sur certaines questions, ainsi qu’à une union commune de la défense et de la santé. Si nécessaire, l’Union devrait amender ses traités fondateurs, a-t-elle ajouté.

Le président français Emmanuel Macron s’est dit favorable à la révision des traités et souhaite en discuter avec d’autres dirigeants de l’UE en juin. Cependant, de nombreux États membres, qui craignent de perdre leur influence sur la prise de décision du bloc européen, n’attendent pas le changement avec impatience.

L’abolition du droit de veto, le renforcement du rôle des citoyens et le changement du système électoral européen font partie des dizaines de propositions formulées par les citoyens lors de la Conférence sur l’avenir de l’Europe qui a duré un an.

« J’ai toujours soutenu que l’unanimité sur certaines questions clés n’a pas de sens si nous voulons être plus rapides. » a déclaré la conférence de von der Leyen lors de la cérémonie de clôture d’aujourd’hui, dont la commission avait depuis longtemps commencé à parler de la prise de décision à la majorité en matière de politique étrangère, par exemple.

Elle a ajouté que s’il était nécessaire de modifier les traités pour accepter certaines des propositions des citoyens, elle le soutiendrait. Elle prévoit elle-même de présenter des suggestions concrètes issues de la conférence de septembre.

Le président français, qui a eu l’idée d’organiser un grand débat entre les citoyens, a également soutenu l’intervention dans les documents de base de l’UE aujourd’hui. « De toute évidence, nos textes devront être réformés. » Macron l’a annoncé aujourd’hui. Il a ajouté qu’il proposerait d’inscrire une discussion sur ce sujet à l’ordre du jour de la réunion de juin des chefs d’Etat à Bruxelles.

Vues divergentes entre les pays

L’adaptation des règles fondatrices de l’Union doit être décidée de manière uniforme par tous les pays, et plusieurs d’entre eux entérinent ensuite l’adaptation par référendum. Alors que la France et l’Allemagne leur sont ouvertes depuis longtemps, certains gouvernements ont clairement fait savoir qu’à l’heure où l’Union fait face aux effets de l’invasion russe de l’Ukraine après la crise pandémique, les changements de traités ne sont pas à l’ordre du jour.

Selon le site bruxellois Politico, au moins une douzaine de pays s’apprêtent à publier une lettre ouverte commune « téméraire et précipité » efforts pour amender les traités.

Les signataires de l’appel sceptique à des modifications des traités comprennent des États plus petits, dont la République tchèque, la Slovénie, la Bulgarie et les pays scandinaves ou baltes.

Outre des changements dans le fonctionnement des institutions de l’UE, les participants à la conférence souhaitent, par exemple, une plus grande activité de l’UE dans la lutte contre le changement climatique, une économie plus sociale, l’égalité des chances pour toutes les couches de la population.

Alors que le Parlement européen a déjà promis d’essayer de concrétiser leurs initiatives, les représentants des Etats parlent davantage d’analyser et de discuter des résultats de la conférence.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.