Haléonologue – hnonline.sk – Paléontologue : La Grande Fatra nous est venue de Suisse ou de France

Comment c’était en Slovaquie dans le passé avec la mer et y a-t-il une chance que certains des animaux disparus reviennent à la vie ? Nous en avons également discuté avec Adam Tomasov de l’Institut des sciences de la Terre de l’Académie slovaque des sciences.

Pourquoi êtes-vous devenu paléontologue ? Les dinosaures sont-ils coupables ?

J’étais essentiellement intéressé par les fossiles en tant que tels, pas seulement par les dinosaures. Au début, j’étais plutôt influencé par les restes d’organismes marins, qui sont souvent conservés en Slovaquie ou dans les pays voisins.

Avez-vous ramassé des moules?

Cela aussi (sourire). Enfin, dans mes recherches, je m’intéresse aux organismes qui habitaient le milieu marin.

Cependant, la recherche universitaire en paléontologie ne se limite pas à ce qui se trouve dans le pays, mais est liée à une zone géographique ou à un groupe d’organismes importants pour résoudre un problème scientifique donné.

Outre la Slovaquie, je travaille également, par exemple, dans les Alpes, au Portugal, en Méditerranée ou dans la partie nord-est de l’océan Pacifique.

Le paléontologue s’occupe des fossiles d’anciens animaux. Que pouvez-vous leur reprocher à tous?

Par exemple, comment les écosystèmes réagissent aux changements soudains qui ont provoqué des extinctions massives ou à quelle vitesse les écosystèmes ont pu se « récupérer » d’un impact d’astéroïde. La paléontologie est donc souvent essentiellement un travail de détective.

Nous essayons de comprendre comment ou exactement quand de nouvelles espèces sont apparues dans le passé, combien de temps ces événements ont duré ou, par exemple, « qui ou quoi » était responsable de l’extinction de l’espèce.

Les paléontologues sont donc en partie des biologistes qui étudient l’évolution biologique, mais ce sont aussi des géologues qui étudient comment la croûte terrestre elle-même, dans laquelle les fossiles sont conservés, s’est développée.

Dans de nombreux cas, les résidus d’organismes forment directement des roches, par exemple, des résidus microscopiques d’organismes planctoniques forment des calcaires. Les fossiles et les roches dans lesquels ils sont conservés dans la croûte terrestre forment une archive temporelle de l’évolution biologique.

Ainsi, les fossiles sont, en un sens, un livre.

Oui, ils font partie de sédiments qui se déposent progressivement ensemble, par exemple dans les océans, créant une archive ou une chronique composée de couches – les roches, qui sont généralement les plus hautes, étant les plus jeunes.

Dans la croûte terrestre, les restes d’organismes multicellulaires – que nous pouvons voir dans les roches sous forme de fossiles à l’œil nu – sont conservés en particulier dans les roches qui se sont formées au cours des 550 derniers millions d’années.

Cependant, ce n’est qu’une fraction de ce qui existait autrefois. Pendant certaines périodes, aucune roche ne se forme et rien n’est préservé des organismes.

Pendant les autres périodes, seule la partie déformée sera conservée et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Tu as quitté 85% lire.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.