Classement des films les plus pervers de tous les temps, que seuls quelques-uns parviendront à terminer : Pouah, rien pour les âmes sensibles !

# Si un film peut vous impressionner et évoquer quelque chose en vous, c’est probablement un bon film. Même si vous ne vous sentez pas en sécurité ou effrayé après l’avoir regardé. Notre classement films dérangeants comprend non seulement des films d’horreur bien connus, mais aussi des films inspirés de la vie réelle et des classiques du cinéma. Tout le monde est différent, mais ils ont tous une capacité commune à évoquer en vous des sentiments vagues mais pas agréables.


Légendes du cinéma : Ce réalisateur prouve depuis 20 ans qu’il est un génie du genre horrifique


Henry: Portrait d’un meurtrier de masse (réal. John McNaughton, 1986)

Le film, qui s’inspire vaguement de la vie du véritable tueur en série Henry Lee Lucas, apparaît régulièrement dans des palmarès similaires au nôtre. Bien que cela puisse être décrit comme un thriller, au lieu de chercher le tueur, nous verrons des parties de sa vie, pas seulement lui. Les personnages principaux sont trois parias sans avenir, mais avec un passé criminel. Ceux-ci incluent, en plus d’Henry, son partenaire Otis, également tueur multiple, et la sœur d’Otis, Becky.

Nous serons surveillés et tués par la suite, ainsi que des discussions autour d’une bière et de légères tentatives de trois perdants pour rejoindre la société. Le film est, vu le thème, relativement tendu. Mais c’est ce qui en fait une œuvre plus réaliste, et on peut plutôt croire que des personnes similaires ont vraiment existé entre nous et existent toujours.

Film serbe (réal. Srdjan Spasojevič, 2010)

L’ancienne star du porno Miloš a accroché sa carrière d’acteur à un clou et mène une vie de famille tranquille. Cependant, ses ressources financières s’amenuisant, il accepte l’offre du réalisateur douteux Vukumir. Il doit à nouveau se tenir devant la caméra, mais cette fois, c’est censé être des films d’art.

Milos s’engage rapidement dans une spirale dangereuse à laquelle il semble impossible d’échapper. Le film serbe a suscité à juste titre la polémique et choqué de nombreux téléspectateurs. Eh bien, ce n’était pas qu’il n’évitait pas de montrer les pires choses. La chose la plus effrayante à propos de tout le film est que de telles choses peuvent réellement se produire quelque part.

Climax (décédé par Gaspar Noé, 2018)

Un groupe de danse professionnel français part en tournée aux États-Unis. Après une répétition réussie du programme, tout le monde ira à l’afterparty et planifiera d’en profiter correctement. L’histoire se déroule dans un espace clos où se produit une catastrophe. La sangria que tout le monde verse contient donc, en plus du vin rouge, autre chose, beaucoup plus fort.

En termes de genre, le film a tendance à être classé comme horreur, drame et musical. Mais avant tout, c’est une étude du chaos et de la façon dont les choses peuvent devenir incontrôlables. Climax est une expérience cinématographique intense et désagréable qui n’est certainement pas pour tout le monde.

Corpse Burner (réal. Juraj Herz, 1968)

Le crémateur est une sombre adaptation du livre du même nom. On assiste à la renaissance d’un certain Kopfrkingl, employé du crématoire. La naissance d’un homme d’âge moyen discret dans un psychopathe qui ne connaît pas de frontières. Au départ, il mène une vie sédentaire avec sa femme et ses enfants. Eh bien, personne n’a la moindre idée de ce que nous faisons en lui. L’environnement du crématorium a une influence majeure sur Kopfrkingl, ouvrant progressivement les chambres mystérieuses à l’intérieur de lui.

En 1968, Juraj Herz a réalisé l’un des meilleurs films tchécoslovaques de tous les temps. Le rôle principal y a été joué par l’artiste national Rudolf Hrušínský. Il a livré un exploit de vie, assez sereinement comparable au célèbre Hannibal Lecter, par exemple. Le film est en noir et blanc, souligné par une musique spéciale. La caméra capture parfois l’espace et les personnages sous des angles atypiques, de sorte que l’histoire pénètre plus profondément dans la peau du spectateur. Notre liste de films dérangeants ne serait pas complète sans Burner.

Faillite à mort (réal. Takashi Miike, 1999)

Le film raconte l’histoire du veuf de Shigehar, qui veut trouver une nouvelle femme grâce à une fausse audition de film. Il regarde immédiatement le jeune Asami. Eh bien, tant qu’Asami l’est vraiment, il ne le saura pas avant qu’il ne soit trop tard. Au départ, on a affaire à une relation entre deux personnes, et le réalisateur n’est décidément pas pressé. Alors ne cherchez pas de plaisir d’horreur régulier. Heureusement, il n’y a pas beaucoup de psychologie ici, et les scènes brutales et sanglantes dans lesquelles Asami ne vous ménagera décidément pas sont préférées.

Bien que vous puissiez trouver ce film dans toutes sortes de classements d’horreur, il est difficile de dire s’il s’agit vraiment d’horreur. L’audition à mort est désagréable principalement parce qu’au début on ne sait pas à quoi s’attendre. Vous serez encore plus surpris par la suite.

Tony (décédé par Gérard Johnson, 2009)

Le film de Tony ressemble beaucoup au « portrait » d’Henry Lee Lucas. Nous regardons une semaine de la vie d’un tueur en série, mais cette fois inventé. Mais la vie de Tony est définitivement plus banale que celle d’Henry. Il n’a pas d’amis et même pas de travail. Cependant, contrairement aux robots, il aimerait aussi des amis. Il aime les films d’action, mais même ceux-ci ne gagnent pas la faveur des autres.

L’image est déprimante et d’une certaine manière triste. Un représentant typique du festival qui vous proposera un type de film légèrement différent de celui auquel vous êtes habitué. Il se fige principalement par le fait qu’après l’avoir regardé, vous pouvez vous rendre compte que vous rencontrez chaque jour une personne malheureuse similaire, par exemple en rentrant de l’école.

Grand-mère cybernétique (décédée par Jiří Trnka, 1962)

L’histoire du film de marionnettes Cyber ​​​​Grandma est inutile de trop se décomposer. Vous le verrez dans une demi-heure et vous verrez par vous-même. Le réalisateur, mais surtout l’artiste Jiří Trnka, propose une image d’un futur dystopique dans lequel le parent est remplacé par une voix robotique sans émotion. Ils soulèvent également la question de savoir ce qui peut arriver si les machines gouvernent un jour les gens.

Cela peut se passer de n’importe quelle façon, mais si le script de Cyber ​​​​Grandma est répété, nous ne serons certainement pas heureux. Les visages de mesure des personnages, les poupées, ont l’air plus désagréables que n’importe quel masque d’assassin d’un slasher ordinaire. Les bruits de fond industriels et la musique d’orgue ne nous remonteront pas non plus le moral.


La remise des diplômes vous attend cette année ? Apprenez avec notre podcast de fin d’études Schooltag !

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.