HNonline.sk – hnonline.sk – Il ressent de la tristesse et de la honte. Le pape se réfère à l’Église française pour se rendre compte de l’effroyable réalité

La commission d’enquête française a publié les résultats de l’enquête. Les prêtres du pays ont abusé de plus de 200 000 enfants. François s’excuse pour leurs actions et remercie les victimes qui ont parlé des actes abominables.

Le pape François a qualifié de honte l’incapacité à long terme de l’église à traiter les cas d’abus sexuels d’enfants par des responsables de l’église. Il a également déclaré à nouveau qu’il ressentait de la douleur, de la tristesse et de la compassion pour les victimes de ces actes. Le chef de l’Église catholique l’a annoncé aujourd’hui lors d’une audience générale régulière au Vatican en réponse à la publication mardi des résultats d’une enquête de 2,5 ans par une commission indépendante.

Selon elle, des représentants de l’Église catholique française ont abusé sexuellement de 216 000 enfants depuis 1950. France 24 l’a rapporté. « Je voudrais exprimer mon chagrin et ma douleur aux victimes à cause du traumatisme qu’elles ont subi. Et aussi ma honte, notre honte parce que l’église n’a pas été en mesure de se concentrer correctement sur ces cas pendant si longtemps. » a déclaré le pape François lors d’une audience générale aujourd’hui.

Un défi pour les prêtres français

Le pape a également appelé aujourd’hui les dirigeants de l’Église à travailler pour s’assurer que de telles situations ne se reproduisent pas. Il a également appelé tous les catholiques français à prendre leur part de responsabilité pour assurer que l’Église « une maison sûre pour tous ».

Dès mardi, le pape s’est exprimé par l’intermédiaire d’un porte-parole du Vatican « profond chagrin »mais aussi « Merci » victimes pour leur courage de parler de ces actes. « Il pense aussi à l’Église française. Lorsqu’il réalisera cette terrible réalité, il pourra prendre le chemin de la rédemption. a déclaré mardi le porte-parole Matteo Bruni.

La commission d’enquête française, composée de 20 experts en droit civil et ecclésiastique, historiens, psychologues et médecins, a publié mardi les résultats de son enquête de 2,5 ans, qui s’est appuyée sur des archives ecclésiastiques, judiciaires et policières et des témoignages personnels. Selon elle, des représentants de l’Église catholique française ont abusé sexuellement de 216 000 enfants, principalement des garçons, depuis 1950.

Si les crimes des laïcs qui travaillaient pour l’église, tels que les enseignants dans les écoles religieuses, sont inclus, ce nombre est d’environ 330 000. La commission a été créée à l’initiative de l’Église catholique française en 2018.

Il a commencé à jouer depuis le début

František a vigoureusement abordé les scandales d’abus sexuels dans l’église, qui dans de nombreux pays ont été perpétrés par certains de ses représentants et ont fait l’objet d’enquêtes ou d’enquêtes incohérentes pendant des années, presque après le début de son pontificat en 2013. En 2014, il a créé une commission d’enquête et la même année, il accepta au Vatican comme premier chef de l’Église catholique un groupe de victimes de tels abus.

Lors de voyages à l’étranger, le pape s’est publiquement excusé auprès des victimes et a convoqué en 2019 le premier sommet des dirigeants de l’Église catholique au Vatican sur la protection des mineurs dans l’Église. Il a ensuite publié plusieurs décrets pour empêcher que de tels cas ne se reproduisent.

Un code juridique plus strict pour l’église, qui mentionne les infractions pénales d’abus sexuels sur mineurs et adultes par des prêtres, doit entrer en vigueur en décembre et définit la procédure de poursuite de ces infractions auxquelles doivent faire face non seulement le clergé mais aussi les laïcs. personnes au sein de l’Église catholique.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.