« Je ne suis pas venu sauver le monde », dit Eric Zemmour

Ces déclarations ont été faites lors d’un débat diffusé par la chaîne française BMF-TV. L’animateur de la discussion, E. Zemmoura, a demandé quels seraient les critères pour que les migrants et les réfugiés obtiennent l’asile en France. E. Zemmour répond que les migrants doivent en faire la demande au consulat de leur pays et, s’ils ne le font pas avant leur arrivée en France, ils doivent être arrêtés et expulsés, écrit ZeroHedge.

Il veut revenir aux niveaux du siècle dernier

Le candidat a ensuite cité l’exemple du Japon, qui n’accueille qu’un nombre relativement faible de réfugiés par an. M. Zemmour a ajouté qu’il reviendrait aux chiffres des années 1950, lorsque la France n’accueillait qu’environ 300 réfugiés par an.

Le modérateur lui a en outre demandé s’il accepterait des femmes afghanes persécutées fuyant les talibans. « Les femmes afghanes ne sont pas des combattantes de la liberté, je ne les accepterais pas. Je ne suis pas le Père Noël de toute l’humanité », E. Zemmour a répondu

Son objectif est de récupérer la campagne

« Je suis venu sauver les Français et la France, je ne suis pas venu sauver le monde », a déclaré E. Zemmour, avertissant que l’immigration massive changeait le visage de la France et que les migrants « colonisaient » le pays. Afin d’augmenter la natalité de la population domestique, E. Zemmour veut promettre aux parents des zones rurales 10 000 euros pour chaque nouveau-né. Selon lui, il s’agit de « reconquérir la campagne ».

Il exprime l’opinion de la majorité

Ses adversaires politiques, comme la populiste de droite Marine Le Pen, ont tenté de le qualifier d’extrémiste, mais ses opinions sont partagées par une partie importante de la population française. Une récente enquête Harris Poll a révélé que la majorité de la population française s’inquiète du fait que « les populations européennes, blanches et chrétiennes sont menacées d’extinction » en raison de « l’immigration musulmane ».

Ne le manquez pas

Chaos français : quatre candidats à la présidentielle, quatre mondes parallèles

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.