Le Pen dément avoir secrètement prévu de quitter la France pour l’Union

L’ancien président Nicolas Sarkozy soutiendra Macron.

PARIS. La candidate à l’élection présidentielle française, Marine Le Penova, a nié mardi avoir secrètement prévu de quitter la France de l’UE.

Elle a souligné que le soi-disant « Frexit » ne sera pas appliqué même s’il ne parvient pas à réformer les Vingt-Sept européens. TASR a repris le rapport de Reuters.


L’article continue sous la publicité vidéo

L’article continue sous la publicité vidéo

Macron a remporté le premier tour

Le PenLe président du Rassemblement national nationaliste (RN), rencontrera l’actuel chef de l’Elysée le 24 avril au second tour de l’élection présidentielle Emmanuelom Macronom.

Au premier tour de dimanche, Macron l’a battue par 27,84 contre 23,15% des voix.



Article associé Comment choisir entre le choléra et la mer. Le Pen peut être aidé à gagner par les électeurs de gauche Lis

« Non, je n’ai pas d’agenda secret », a déclaré Le Pen à la radio France Inter. Elle a ainsi répondu aux soupçons selon lesquels, bien qu’elle se soit déclarée favorable à l’adhésion de la France à l’UE, elle entendait en fait obtenir la sortie de Paris de l’Euroblock.

Pour un tel scénario hypothétique, suivant le modèle du Brexit, la désignation Frexit a été utilisée dans les médias.

Cependant, l’homme politique a également déclaré que la grande majorité des Français ne soutenaient pas l’Union européenne dans sa forme actuelle. « Il opère de manière absolument antidémocratique, exploite les menaces et le chantage et poursuit des politiques qui vont à l’encontre des intérêts du peuple », a déclaré Le Pen, qui voudrait faire pression pour des réformes en profondeur dans l’Union européenne.

Dans un effort pour atteindre un plus large éventail d’électeurs, Marine Le Pen ne pousse plus officiellement la France à quitter l’UE, Schengen et la zone euro, mais maintient sa position profondément eurosceptique, explique Reuters.

Modifications de l’accord de Schengen

Suite à son éventuelle élection à la présidence de la France, elle souhaite voir évoluer l’accord de Schengen, qui constitue la base d’une politique commune des frontières et de la migration au sein de l’Union européenne.

Il prévoit également d’augmenter le nombre de douaniers et d’introduire des contrôles sur certains types de marchandises importées en France en provenance d’autres États membres, ce qui, selon les analystes, pourrait provoquer des tensions au sein de l’Euroblock.

Cependant, dans une interview à la radio France Inter, Le Pen a nié sans équivoque qu’en cas d’échec de ses efforts « réformistes », elle aurait fait pression pour que la France quitte l’UE. « Certainement pas », a déclaré le chef de l’Assemblée nationale.

Macron et Le Pen répéteront leur duel de l’élection présidentielle de 2017 le 24 avril. Selon l’agence AFP, le vainqueur sera décidé par les électeurs du candidat de gauche Jean-Luc Mélenchon, qui a obtenu 21,95 % des suffrages exprimés. au premier tour.

Sarkozy votera Macron

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé mardi qu’il soutiendrait l’actuel chef de l’Elysée, Emmanuel Macron, au second tour des élections.

« Je voterai pour Emmanuel Macron parce que je pense qu’il a l’expérience nécessaire pour faire face à une grave crise internationale », a écrit l’ex-président de droite sur Facebook.

« Il (Macron) est le seul à pouvoir agir dans la situation actuelle », a-t-il déclaré. Il a également apprécié que la priorité de sa politique économique soit la valeur du travail et que son engagement pour l’Europe soit « clair et sans ambiguïté ».

« Nous devons abandonner nos habitudes de parti… La fidélité aux valeurs de la droite républicaine et notre culture de gouvernance doivent nous conduire à suivre l’appel à l’unité de Macron », a ajouté Sarkozy, qui a été président de la France de 2007 à 2012.

La candidate républicaine (LR) conservatrice Valérie Pécresse, que l’ex-président a refusé de soutenir publiquement, n’a obtenu que 4,78 % des suffrages au premier tour.

Les républicains qui n’ont pas franchi la limite de 5 % ont donc eu des problèmes financiers, car l’État ne leur a pas remboursé les frais de campagne en raison du faible soutien des électeurs. Par conséquent, Pécresse a lancé un appel urgent aux dons et au soutien lundi afin que le parti puisse survivre.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.