Quand les patients et le personnel associent les technologies numériques

Bien que le nombre de personnes possédant des compétences numériques de base et une expérience de l’utilisation d’Internet augmente, il existe encore un grand nombre de personnes dans la société qui sont coincées dans ce que l’on appelle la fracture numérique. Il s’agit principalement de personnes issues de milieux socialement et économiquement défavorisés.

La Fondation Orange a décidé de contribuer à réduire cette inégalité numérique à travers un programme de bourses Un monde numérique pour tous. Il est actuellement à nouveau ouvert aux ONG travaillant avec des groupes ayant un accès limité ou inexistant aux technologies numériques ou renforçant les capacités du personnel travaillant avec ces groupes. Ce sont ces organisations qui jouent un rôle très important et irremplaçable dans le domaine de l’inclusion numérique.

« Même dans le monde civilisé, il existe encore des différences importantes entre ceux pour qui les technologies numériques sont une évidence et ceux qui y ont un accès limité ou inexistant. Dans cette fracture numérique, logiquement, se trouvent les groupes socialement les plus faibles et les plus vulnérables de la population. des personnes telles que des enfants, des jeunes, des personnes peu scolarisées, des personnes âgées, des personnes issues de milieux sociaux défavorisés, des chômeurs, mais aussi des étudiants universitaires avec une orientation non technique. Nous voulons les aider à travers les organisations qui travaillent avec eux depuis longtemps ,  » explique Andrea Ungvӧlgyi de la Fondation Orange

La culture numérique est essentielle pour la poursuite des études, l’emploi, la participation à la société, mais aussi pour les activités quotidiennes. La Fondation Orange souhaite donc soutenir des projets dédiés aux groupes exclus avec un montant de 50 000 EUR et leur formation aux compétences numériques.

Les patients sont aussi dans la fracture numérique

Le projet soutient le fait que le programme de subventions contribue de manière significative à réduire la fracture numérique dans la société Fonds de non-investissement II. clinique de médecine interne – centres pour les ulcères difficiles à traiterqui s’occupe des patients gravement malades.

« Les changements que nous avons pu opérer grâce à la bourse nous ont permis d’améliorer l’ambiance dans les chambres d’hôpital. Des seniors et des patients issus de milieux défavorisés ont eu l’opportunité d’apprendre à rechercher des informations sur leur maladie et les examens programmés grâce aux technologies numériques « Le personnel professionnel a montré aux patients ce qui contribuait à la revitalisation de l’environnement et à une meilleure communication entre eux. En même temps, grâce à l’écran, ils ont pu se connecter avec leurs proches, ce qui a aidé le patient mentalement », explique MUDr. Peter Uhrík de la clinique de gastroentérologie interne de Martin.

Le projet a non seulement aidé les patients, mais a également donné au personnel infirmier le goût du travail, le désir de poursuivre ses études et de nouvelles idées pour une clinique qui fonctionne mieux.

Les organisations non gouvernementales peuvent soumettre leurs projets jusqu’au 3 mai jusqu’au système en ligne. Ils peuvent toucher jusqu’à 3 000 euros pour mener à bien leur projet. Vous pouvez en savoir plus sur le programme de subventions Digital World for Everyone ICI.

Léopold Moulin

"Analyste de longue date. Passionné de cuisine subtilement charmant. Introverti. Accro aux médias sociaux. Lecteur. Pionnier général de la télévision. Étudiant. Future idole des adolescents."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.