Comment comprendre le nouveau nationalisme

L’auteur est Professeur d’économie au MIT

L’euphorie après la chute du mur de Berlin en 1989 n’était pas seulement associée à ce que Francis Fukuyama appelait « la victoire pacifique du libéralisme économique et politique ». C’était aussi un déclin du nationalisme. À mesure que l’économie mondiale s’intégrait rapidement, on s’attendait à ce que les gens abandonnent leur identité nationale. Le projet d’intégration européenne, qui a été adopté avec enthousiasme par les échelons de carrière éduqués et ascendants, n’était pas seulement transnational mais aussi post-national.

Grand retour

Cependant, le nationalisme est de retour et joue un rôle central dans la politique mondiale. Cette tendance ne se limite pas aux États-Unis et à la France, où l’ancien président Donald Trump et la chef de l’extrême droite à l’Assemblée nationale Marine Le Pen dirigent de nouvelles coalitions nationalistes. Le nationalisme anime également des mouvements populistes en Hongrie, en Inde, en Turquie et dans de nombreux autres pays. La Chine a accepté un nouvel autoritarisme nationaliste et la Russie a lancé une guerre nationaliste visant à éradiquer la nation ukrainienne.

Il y a au moins trois facteurs qui motivent ce nouveau nationalisme. Premièrement, de nombreux pays touchés connaissent des douleurs historiques. Les Britanniques ont systématiquement utilisé l’Inde pendant le colonialisme, et l’Empire chinois a été affaibli, humilié et maîtrisé pendant les guerres de l’opium du XIXe siècle. Le nationalisme turc moderne est ravivé par les souvenirs de l’occupation occidentale de grandes parties de l’empire après la Première Guerre mondiale.

Deuxièmement, les tensions existantes ont été exacerbées par la mondialisation. Non seulement elle a creusé les inégalités dans de nombreux pays (souvent de manière injuste, par exemple en enrichissant ceux qui ont des liens politiques), mais elle a également sapé des traditions et des normes sociétales de longue date.

Et troisièmement, les dirigeants politiques deviennent de plus en plus habiles et impitoyables dans l’utilisation du nationalisme pour servir leur propre agenda. Par exemple, sous le gouvernement autoritaire du président chinois Xi Jinping, le sentiment nationaliste est cultivé à travers de nouveaux programmes d’études secondaires et des campagnes de propagande.

De même, sous le régime nationaliste du Premier ministre indien Narendhi Modi, qui utilise l’hindouisme à des fins politiques, la plus grande démocratie du monde a succombé à l’illibéralisme, qui ne reconnaît que la volonté de la majorité. En Turquie, le président Recep Tayyip Erdoğan a d’abord évité le nationalisme et, début 2010, a même mené un processus de paix avec les Kurdes. Plus tard, cependant, il a accepté sans réserve le nationalisme et a attaqué les médias indépendants, les dirigeants de l’opposition et les dissidents.

Sources et idéologie

Cet article est le contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.