HNonline.sk – hnonline.sk – Médecin slovaque en France : La procédure n’est pas conditionnée par la nationalité. Un outsider peut aussi être professeur

Vous travaillez comme endocrinologue à Paris depuis plus de dix-sept ans. Qu’est-ce qui vous a amené là-bas ?

Parfois, j’ai l’impression d’être destinée à vivre à l’étranger depuis mon enfance. Mon grand-père était géologue et de 1947 à 1948, il a fait son doctorat à Bâle, en Suisse, où il a pu rester comme assistant à l’université. Cependant, ma grand-mère ne voulait pas quitter ses parents, alors il est retourné en Slovaquie en 1948 et l’a ensuite regretté toute sa vie. Un moment similaire s’est produit dans la vie de mon père qui, en tant qu’étudiant, a essayé Londres en 1968 ou 1969, est rentré chez lui et a également rêvé de l’Ouest pendant le reste de sa vie.

Archives HN

J’ai grandi avec deux hommes maudits qui estimaient que si l’on voulait réussir, il fallait partir à l’étranger. Comme par hasard, je suis une année heureuse car je n’avais que treize ans quand le régime est tombé. De Šamorín, où ma mère et ma sœur et moi vivions, je suis arrivé au lycée de la rue Bilíková à Bratislava, qui était bilingue, austro-slovaque. Nous étions une classe expérimentale et j’ai eu l’occasion de découvrir non seulement l’éducation slovaque, qui reposait principalement sur la mémoire, mais aussi la pédagogie, qui venait de Vienne et mettait davantage l’accent sur la résolution créative de problèmes. Après avoir obtenu mon diplôme, je suis allé à la médecine de Bratislava et j’ai eu un sentiment de régression à cet égard.

Pourquoi?

Je suis entré dans un environnement mémorable axé sur la mémoire mécanique. Après l’école, j’ai commencé à travailler à l’hôpital de Kramáry et j’ai vu ma vie trop simplement. Je voulais construire le nom « ailleurs », ce que ma mère et ma sœur m’ont encouragé à faire. En 2004, j’ai eu l’opportunité d’aller en France pour un stage de deux mois, trois mois, mais cela a duré plus de dix-sept ans.

Dans quel département avez-vous travaillé chez Kramáry ?

À la 1ère clinique interne, qui était la base d’enseignement de l’Université de médecine slovaque, c’est-à-dire « l’étudiant après l’école ». J’ai commencé comme médecin secondaire dans un environnement très agréable du service d’endocrinologie, où doc. MUDr. Peter Hnilica, CSc., Et doc. MUDr. Jan Podoba, CSc. Cette clinique était intéressante en ce que beaucoup y allaient circuler avant l’attestation des I. et II. des domaines internes et spécialisés comme la néphrologie, l’hépatologie ou l’endocrinologie. Cela signifie qu’un grand nombre de médecins internistes intéressants s’y sont rencontrés. J’étais un travailleur tribal et j’ai beaucoup appris de collègues inspirants et pédagogiquement engagés de la génération moyenne et plus âgée.

Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’endocrinologie ? Après tout, l’interne est aussi intéressant.

La médecine interne est la reine de la médecine et je considère l’endocrinologie comme faisant partie de la médecine interne. En France, la définition de la médecine interne est un peu différente de celle en Slovaquie.

Ce sont des maladies infectieuses, telles que le VIH, la tuberculose ou diverses maladies systémiques telles que les maladies du tissu conjonctif ou l’immunologie. D’autres questions, pour nous internalistes, comme la cardiologie ou l’endocrinologie, sont considérées comme des disciplines distinctes. Concernant le choix de l’endocrinologie, j’ai identifié trois moments fondamentaux. Alors que j’étais encore au collège, j’aimais la sémiologie, c’est-à-dire la symptomatologie des maladies endocriniennes. Hyperthyroïdie – une glande thyroïde hyperactive, souvent vue sur le visage d’une personne, la maladie de Cushing, l’acromégalie, le gigantisme, etc. …

Cet article est réservé aux abonnés.
Tu as quitté 85% lire.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.