L’avenir de l’Europe : conférence clôturée sur la promesse du changement

Le document, qui contient 49 propositions avec plus de 300 mesures adoptées lors de la session plénière de la conférence le 30 avril, a été présenté à événement final à l’occasion de la Journée de l’Europe le 9 mai à Strasbourg.

Le président du Parlement européen Robert Metsola, la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président français Emmanuel Macron, représentant le Conseil, ont reconnu dans leurs discours lors de la cérémonie que certaines des propositions les plus ambitieuses nécessiteraient des modifications des traités de l’UE.

« Nous nous trouvons une fois de plus à un moment crucial de l’intégration européenne et aucune proposition de changement ne doit être écartée. Tout processus nécessaire pour y parvenir doit être accepté », a déclaré le président Parlamantu.

Déjà dans une résolution adoptée le 4 mai, les eurodéputés appelaient à un processus de modification des traités. Ce processus pourrait nécessiter la création d’une convention réunissant des représentants du Parlement européen, du Conseil et de la Commission, ainsi que des parlements nationaux, pour proposer des amendements aux traités.

« Il y a un écart entre ce que les gens attendent et ce que l’Europe est actuellement en mesure de faire. C’est donc la prochaine étape qui est nécessaire. Il y a des problèmes qu’ils ne peuvent tout simplement pas attendre », a ajouté Metsola.

La voie à suivre

Le président français Emmanuel Macron, dont le pays assure actuellement la présidence tournante du Conseil, a déclaré que la réforme des traités permettrait à l’UE « d’aller vers plus de simplicité » et de « donner une légitimité au contrôle démocratique » que la conférence a entamé.

Il s’est prononcé en faveur du vote à la majorité qualifiée plutôt qu’à l’unanimité au Conseil : « Nous connaissons la voie à suivre : continuer à introduire le vote à la majorité qualifiée pour décider de nos principales politiques publiques.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a promis que la Commission élaborerait de nouvelles propositions sur la base des recommandations des citoyens et les présenterait en septembre, lorsqu’elle fera une déclaration annuelle sur l’état de l’Union européenne.

« Nous pouvons déjà faire beaucoup sans retard injustifié. Cela s’applique également aux recommandations qui nous obligeront à adopter une nouvelle approche », a-t-elle déclaré, soulignant que bon nombre des mesures proposées par les citoyens pourraient être prises dans le cadre des traités actuels.

Les intervenants à l’événement ont appelé à trouver des moyens d’impliquer directement les citoyens dans le processus décisionnel de l’UE sur une base durable.

« Je crois qu’en plus des élections, nous devons institutionnaliser la participation directe des citoyens comme moyen de diviser la société », a déclaré le coprésident de la conférence, Guy Verhofstadt.

Réflexions sur l’Ukraine

L’urgence d’une réforme de l’UE est devenue encore plus évidente dans le contexte de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, ont souligné les présidents des institutions de l’UE.

Le monde est désormais « plus dangereux » et « le rôle de l’Europe a changé », a déclaré le président du Parlement Metsola. « L’avenir de l’Europe est lié à l’avenir de l’Ukraine. La menace à laquelle nous sommes confrontés est réelle. Et le prix de l’échec est énorme », a-t-elle ajouté.

Recommandations de personnes

Le rapport final de la conférence intervient après une année de réunions et d’événements civiques à travers l’UE, auxquels ont participé des milliers de personnes. Le rapport est basé sur les idées présentées sur la plateforme numérique de la conférence et sur les recommandations des panels de citoyens européens et nationaux.

Les propositions comprennent des appels pour que le Parlement européen ait le droit d’initiative législative, l’abolition de l’unanimité au Conseil en matière de politique étrangère, l’introduction du droit de tous les citoyens de l’UE aux soins de santé, le passage de la production d’énergie vers les énergies renouvelables et une meilleure éducation à l’environnement , les technologies numériques, les technologies douces et les compétences et valeurs de l’UE.

« Quand j’aurai 65 ans, en 2070, je voudrais dire à mes petits-enfants que de nombreux changements positifs en Europe sont venus de ce projet unique », a déclaré Camille Girard, 16 ans, de France, l’une des plus jeunes participantes au conférence.

Sur le plateforme de conférence numérique multilingue plus de 43 000 contributions ont été enregistrées.

Continuer à lire le rapport final de la conférence sur l’avenir de l’Europe.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.