Le béluga qui a erré dans la Seine française est en sous-poids selon les autorités – Terre – Science et technologie

Un béluga du nord qui s’est aventuré dans la Seine française souffre d’insuffisance pondérale et les autorités s’inquiètent pour sa santé. Ils utilisent des drones pour suivre la baleine dans un état de santé inquiétant, avec laquelle ils tentent de la guider jusqu’à la Manche. le serveur BBC News à ce sujet.




04/08/2022 15:21, mis à jour: 05/08/2022 11:52

Le béluga, que l’on trouve normalement dans les eaux de l’océan Arctique, a descendu le fleuve en direction de Paris et a nagé jusqu’aux écluses de Vernon, à environ 70 kilomètres de la capitale française. Les autorités ont exhorté les gens à ne pas approcher l’animal et à ne pas le stresser.

Le beluha a été vu pour la première fois mardi. Les secouristes, pompiers et autorités français se sont rapidement mobilisés, ont suivi de près le béluga tout au long de la journée et ont évalué que son état de santé était alarmant. Ils ont également conclu que la baleine avait « des changements cutanés et un poids insuffisant ».

Les autorités n’ont pas précisé la taille de l’animal, mais un béluga adulte peut atteindre plus de quatre mètres de long. Lamya Essemlali de la branche française de l’organisation internationale de conservation Sea Shepherd a déclaré qu’une partie de son équipe de drones arriverait ce soir pour aider à localiser le béluga et à le ramener dans l’océan. « L’environnement n’est pas très favorable au béluga, la Seine est très polluée et les baleines sont extrêmement sensibles au bruit », dit-elle. Elle a ajouté que ce fleuve français, qui traverse Paris et se jette dans la Manche, est « très bruyant ».

Les experts sont perplexes quant à la raison pour laquelle le béluga s’est égaré si loin au sud de son habitat naturel. « La tâche sera maintenant de l’aider à la nourrir et d’essayer de l’escorter vers l’océan », a déclaré Essemlali. Selon la femme, sortir l’animal de l’eau est hors de question car trop risqué.

Caucasiens en automne, ils migrent pour se nourrir des mers arctiques où la glace commence à se former, mais se rendent rarement aussi loin au sud.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.