L’opposition est prête à coopérer sur les grands dossiers, a déclaré Macron

Le président français Emmanuel Macron a déclaré mercredi soir que les partis d’opposition avaient indiqué leur volonté de travailler avec son gouvernement sur des « questions majeures ». Il l’a dit dans son premier discours aux citoyens après les élections législatives de dimanche, au cours desquelles il n’avait pas la majorité. L’information a été fournie par l’agence de presse AFP.

Les questions clés sur lesquelles les groupes d’opposition sont prêts à travailler ensemble incluent le coût de la vie, l’emploi, l’énergie, le climat et la santé, a déclaré Macron.

Défi aux partis d’opposition

Dans le même temps, il a exclu de tenter de former un « gouvernement d’union nationale », comme son alliance centriste Ensemble ! (Ensemble!) Le dimanche n’a pas obtenu la majorité au parlement nécessaire pour faire appliquer la législation et le programme sans autres partis – une telle étape, selon lui, n’a aucune « justification » à ce stade.

Le président Macron a reconnu que les élections législatives avaient encore mis en évidence les problèmes sociaux en France, mais a appelé les partis d’opposition à « abandonner les luttes internes » et à aller au-delà de la politique.

Selon Macron, cela signifie qu’« ensemble, nous devrons apprendre une nouvelle façon de gouverner et de faire la loi ».

Il a déclaré que des propositions de lois urgentes, notamment pour atténuer les effets de l’inflation et de la hausse des prix de l’énergie, seraient soumises au parlement au cours de l’été.


Macron a appelé les partis d’opposition à « clarifier en toute transparence dans les prochains jours jusqu’où ils sont prêts à aller » dans leur soutien à de telles mesures, qui, selon lui, ne seront pas financées par une augmentation des impôts.

Des réformes ambitieuses

Il a souligné qu’il avait lui-même été réélu lors de l’élection présidentielle d’avril sur la base d’un programme de « réformes ambitieuses » qu’il attendait.

L’impasse après les élections législatives ne doit pas conduire à la stagnation, mais au dialogue et à l’écoute mutuelle, a ajouté Macron dans un discours à la nation.

Napoleon Favre

"Lecteur. Voyageur évangéliste. Internetaholic indépendant. Fier spécialiste du Web. Passionné de Twitter."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.