L’union fait la force : les sanctions contre la Russie sont plus douloureuses pour l’agresseur que pour E.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les premières sanctions de l’UE et de la communauté internationale ont été diplomatiques et financières. La poursuite de la guerre a conduit plusieurs pays à étendre le champ des sanctions à ces échanges. Et bien que ces sanctions soient sans précédent, elles sont clairement insuffisantes, car l’économie russe continue de bénéficier d’un flux régulier de revenus provenant des ventes de pétrole, de gaz et de charbon.


Selon Eurostat, les importations énergétiques russes vers l’UE en 2021 s’élevaient à environ 99 milliards d’euros et 62 % étaient des importations en provenance de Russie. Avec la guerre, le prix de l’énergie a fortement augmenté. Aujourd’hui, l’UE paie à la Russie environ 640 millions d’euros par jour pour le pétrole et 360 millions d’euros pour le gaz naturel transporté. Cela doit être comparé au coût russe d’une guerre en Ukraine, qui est estimé à 0,65 milliard (Center for Economic Recovery 2022). La dépendance énergétique de l’UE vis-à-vis de la Russie est sans aucun doute son talon d’Achille et le levier économique le plus puissant de la Russie. Cela doit changer.


La réticence à imposer un embargo sur l’énergie russe est basée sur l’idée qu’il n’y aurait pas d’alternative à l’énergie russe pour les entreprises et les ménages. Cette absence de substitution entraînerait des coûts très élevés pour l’UE et potentiellement supérieurs aux coûts supportés par la Russie. Cette vision extrême ne prend pas en compte la possibilité de substitution à différents stades de l’activité économique, elle conduirait simplement à une baisse de la production exactement égale à la quantité d’énergie perdue. Heureusement, la réalité est moins simplifiée : des substituts énergétiques peuvent être trouvés, ou des intermédiaires non consommateurs d’énergie (ou moins énergivores) peuvent également être proposés par de nouveaux fournisseurs. En outre, la demande des consommateurs peut se déplacer vers d’autres biens si ces biens énergétiques deviennent trop chers ou en besoin. L’histoire regorge d’exemples dans lesquels de tels mécanismes de substitution sont en place.
Comment évaluer les effets économiques de l’embargo, compte tenu de toutes les possibilités de substitution et d’ajustement des prix sur tous les marchés ?


Le problème fondamental de ce type d’évaluation est que la politique d’embargo modifie la chaîne de production mondiale avec des effets en cascade propres à chaque pays. Sur la base d’un modèle développé par Baqaee et Fahri, des équipes de recherche ont récemment tenté de quantifier les effets de l’embargo sur les importations russes au niveau de l’UE pour l’Allemagne, la France et un groupe plus large de pays. Le coût moyen d’un embargo dans l’UE est égal à -0,7% de réduction de la dépense nationale brute (DNH) (consommation des ménages, investissement et dépenses publiques) par an et par habitant, avec une forte hétérogénéité allant de -5,3% pour la Lituanie à + 0 , 2% pour le Luxembourg. L’Allemagne et la France occupent des positions intermédiaires avec des pertes d’environ -0,3% et -0,2%. Concrètement, le coût moyen par an et par habitant serait d’environ 535 € pour un Russe et 230 € pour un Européen.

L’intensité des sanctions varie selon la sueur des pays qui les appliquent et, par conséquent, elles ne touchent que les importations ou à la fois les importations et les exportations. Dans une perspective à très court terme, les scientifiques supposent qu’il est très important de remplacer les intrants par d’autres intrants : l’élasticité des substitutions retenues est trois fois inférieure aux estimations habituelles, ce qui est une hypothèse très prudente. Ils ont ensuite envisagé six scénarios différents. Les deux premiers concernent uniquement les importations et portent sur l’embargo de l’UE et des pays « hostiles » à la Russie. Dans ces deux premiers scénarios, un embargo strict est attendu sur toutes les importations en provenance de Russie (y compris l’énergie), car de nouvelles sanctions de l’UE, en plus de l’énergie (charbon), interdisent l’importation de nombreux autres produits et matières premières, tels que le bois, les engrais, ciment, produits en caoutchouc, etc. Cela conduit à surestimer le coût de l’embargo contre l’énergie russe au sens strict, mais il est proche de l’état actuel des sanctions. Les quatre derniers scénarios partiront à la fois des importations et des exportations, c’est-à-dire une exclusion complète des relations commerciales avec la Russie pour les pays à l’origine des sanctions. Par rapport aux deux premiers scénarios, ceux-ci sont plus réalistes dans la mesure où ils prennent également en compte les restrictions à l’exportation qui font partie du paquet de sanctions. Par exemple, la cinquième série de mesures restrictives à l’encontre de la Russie interdit l’exportation de nombreux produits de haute technologie dont la Russie est fortement dépendante, tels que les ordinateurs quantiques, les semi-conducteurs avancés ou les appareils sensibles.


Note : Les données représentent le coût pour la Russie de la restriction du commerce international selon six scénarios différents en pourcentage de la dépense nationale brute (DNB).


(I) Les restrictions commerciales ne s’appliquent qu’aux importations
Les restrictions commerciales (I&E) s’appliquent à la fois aux importations et aux exportations.



Ainsi, si les sanctions ne s’appliquent qu’aux importations et sont adoptées au niveau de l’UE, la GNE sera réduite de 2,27 %, alors que si elles s’appliquent à la fois aux importations et aux exportations, et si la coordination internationale est parfaite, les dépenses nationales seront réduites de 33 %. Le coût pour la Russie est donc 14 fois plus élevé. Ce dernier scénario est clairement irréaliste, mais il montre que la coordination internationale est très importante. Dans un cadre plus restreint et politiquement réaliste, où la Russie est exclue du commerce international à l’exception de la Chine et de l’Inde, la baisse du GNE est encore bien connue et serait de l’ordre de -28%. Cela montre que dans l’unité il y a de la force. Enfin, dans le cas le plus réaliste, lorsque les restrictions sont coordonnées au niveau des pays non hôtes, la perte est de -11,29 %, cinq fois supérieure à l’UE agissant de manière isolée.

La Commission européenne, chargée de rédiger un nouveau train de sanctions, s’emploie à réduire encore les importations en provenance de Russie, notamment de pétrole et de gaz. Certains pays, dont l’Allemagne et l’Autriche, sont opposés à ce nouveau train de sanctions car elles seraient trop coûteuses en raison de leur forte dépendance à l’énergie russe.

L'union fait la force : Sanctions enNote : Ce chiffre représente le coût pour l’UE de la restriction du commerce international en pourcentage de la dépense nationale brute (DNB).
(I) Les restrictions commerciales ne s’appliquent qu’aux importations
Les restrictions commerciales (I&E) s’appliquent à la fois aux importations et aux exportations. Par exemple, Monde – [ína, India] (I&E) indique que des restrictions commerciales sont adoptées au niveau mondial, à l’exception de la Chine et de l’Inde, et s’appliquent à la fois aux importations et aux exportations.



Les coûts supportés par l’UE apparaissent nettement inférieurs à ceux supportés par la Russie, quel que soit le scénario choisi. De plus, ces coûts sont globalement stables et représentent une perte moyenne de 0,77% en GNE. La coordination internationale des sanctions signifie donc des coûts beaucoup plus élevés pour la Russie, mais plus important encore, cela signifie des coûts presque identiques (et disponibles) pour l’UE.


Le coût relatif des sanctions augmente fortement à mesure que la coordination internationale se renforce. Dans le scénario le plus restrictif, l’embargo coûterait à la Russie trois fois plus qu’il ne coûterait à l’UE, tandis que dans le scénario le plus extrême, la Russie coûterait 41 fois plus qu’elle. Enfin, dans un cas plus réaliste de coordination au niveau des États non hôtes, le coût pour la Russie serait 13 fois plus élevé.

Lorsque la Commission européenne discutera du sixième train de sanctions, les démocraties décideront-elles d’un embargo sur le pétrole et le gaz russes ? Jusqu’à présent, les États-Unis semblent préférer ce monos, les désaccords sont plus prononcés au sein de l’UE en raison d’une plus grande dépendance énergétique. Cependant, sur la base des dernières évolutions de la macroéconomie internationale, ces évaluations montrent que les pertes pour la Russie sont plus importantes et disproportionnées par rapport aux pertes pour l’UE qui sont gérées en termes de paris. Plus important encore, les résultats montrent que l’efficacité des sanctions dépend de manière cruciale de la coordination internationale. L’adage selon lequel l’union fait la force n’a jamais été aussi pertinent.

Séverin Garnier

"Géek des réseaux sociaux. Accro à la bouffe. Organisateur d'une humilité exaspérante. Expert en télévision primé. Pionnier de la culture pop. Passionné de voyages."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.