Maladroit, précipité. Ferrari fait tout pour que Verstappen remporte le titre. Il a gagné malgré le chrono

Le Grand Prix de Hongrie a conclu la première partie de la saison et les fans de Ferrari pensaient qu’après les qualifications de samedi, ils passeraient la pause estivale de meilleure humeur qu’après la course précédente en France. Cependant, le Hungaroring n’a pas écouté leurs appels. Pour mieux dire, il semble que Ferrari réussira l’impossible cette saison.

Avant même le week-end, la F1 avait été frappée par la nouvelle relativement surprenante du départ de Sebastian Vettel à la fin de cette saison. Cependant, nous traiterons du quadruple champion du monde dans un texte séparé.

Les conditions étaient changeantes, juste avant le départ il y avait un vent assez fort qui pouvait poser des problèmes considérables. La pluie était aussi une grande menace, qui a été discutée toute la semaine et finalement les coureurs n’ont pas pu l’éviter. Cependant, il n’a pas affecté de manière significative les événements sur la piste.

Dans ce texte, vous apprendrez :

  • qui laissait Verstappen gagner avec environ 60 tours à faire ;
  • comment gagner des courses après être parti de la dixième place et des heures ;
  • que les fans de Verstappen ont brûlé les marchandises de Hamilton ;
  • qu’en est-il de Mercedes et de la réduction de ses pertes ;
  • que les stratèges de Ferrari réagissent de manière impulsive et imprudente ;
  • que le plan du patron de Ferrari de gagner dix courses a échoué au départ ;
  • que Leclerc et Sainz « devraient être aussi impitoyables que Schumacher et Lauda ».

Même un départ du centre ou un « 360 » n’a pas arrêté le défenseur

Cependant, Max Verstappen, parti de la dixième place, mérite une décharge pour dimanche. En raison d’une erreur lors des qualifications, l’unité a dû être remplacée dans sa monoplace, mais cela s’est fait sans pénalité, car Red Bull n’a pas dépassé le nombre de changements autorisé.

Le champion en titre a très bien piloté dès le départ et grâce à la manœuvre de l’errant Fernando Alonso, il était déjà sixième au septième tour. L’ancien pilote et expert de Sky Sports F1 TV, Martin Brundle, a déclaré qu’il pensait que Verstappen pouvait gagner cette course. Ce n’était pas irréaliste, mais il n’y en aurait probablement pas beaucoup qui parieraient leurs dernières économies là-dessus.

De plus, quelques minutes plus tard, Verstappen a signalé des problèmes signalés par l’un des capteurs. Finalement, il s’est avéré qu’il s’agissait probablement d’un capteur défaillant.

Il semble que la seule chose qui puisse arrêter Verstappen sur son chemin vers le deuxième titre n’est qu’une panne technique ou d’autres événements non standard. Le Néerlandais les a évités et la météo n’a pas significativement affecté le match.

Verstappen a continué à avancer. Au 41e tour sur 70, il se bat avec Charles Leclerc qu’il dépasse plus ou moins facilement. Mais vint ensuite une erreur de conduite au virage treize, excusable par l’augmentation de la bruine, et quelques heures plus tard, Leclerc était de retour à la troisième place.

Verstappen l’a expliqué ainsi après la course : « J’avais du mal avec le changement de vitesse et avec l’embrayage. Nous avons dû changer quelques petites choses pour ne pas brûler l’embrayage et cela nous a coûté de la puissance. Je pense que cela m’a en sortant de ce virage, mais heureusement, j’ai pu faire un 360 et perdre une position.

Trois tours plus tard, cependant, Verstappen réussit à nouveau dans la bataille avec Leclerc et le devança à la deuxième place, tandis que le premier Lewis Hamilton avait encore un arrêt au stand qui l’attendait. C’est arrivé au 51e tour et Verstappen n’a pas laissé filer la victoire. Après des problèmes en qualifications et en partant de la dixième place, c’était un dépassement important.

Verstappen a remporté son 28e triomphe en F1 et s’est hissé à la huitième place du classement de tous les temps devant Jackie Stewart. Il est à trois victoires de Nigel Mansell, septième.

« Évidemment, j’espérais pouvoir me rapprocher du podium, mais les conditions sont très difficiles là-bas. Mais je pense que nous avions une très bonne stratégie. Nous avons été très réactifs et nous nous sommes toujours arrêtés au stand au bon moment. Je pense que nous avons fait de bons tours avec eux. C’était une course folle. Et, bien sûr, je suis très heureux que nous ayons gagné. J’ai combattu beaucoup de gars, donc c’était très amusant », a conclu le Néerlandais.

Le copilote de Red Bull, Sergio Pérez, a connu un autre week-end moins réussi, terminant à la cinquième place. Tout comme la semaine dernière, lors de celui-ci, le conseiller de l’équipe Helmut Marko l’a « entassé », disant qu’ils devaient « parler » avec le Mexicain.

Et encore ces « aussi fans »…

Peu de temps après la course, des photos et des vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux montrant des fans de Verstappen brûlant des produits faisant la promotion de Lewis Hamilton. Le comportement des fans lors du Grand Prix est critiqué, notamment après le Grand Prix d’Autriche, où les fans de Red Bull se sont comportés de manière grossière.

Avant la course d’aujourd’hui, la F1 a lancé la campagne Drive it Out, qui incite les fans à signaler les comportements inappropriés d’individus ou de groupes. Lors de la course précédente, la situation était calme, mais en Hongrie, certains supporters de Verstappen ont décidé d’être misérables et ont commencé à brûler des marchandises faisant la promotion de Hamilton – un grand rival dans la lutte pour le titre de l’année dernière.

Le Néerlandais a été critiqué après l’événement en Autriche pour ne pas avoir condamné le comportement de ses fans, mais cette fois c’est différent et il a répondu immédiatement.

« C’est, bien sûr, inacceptable. Ces individus. Je ne suis pas du tout d’accord avec cela car c’est tout simplement dégoûtant. Mais dans l’ensemble, je pense que la plupart des fans ont applaudi chaque pilote pendant la course et la cérémonie du podium. Et je pense qu’il devrait en être ainsi. » Et ces vidéos de gravure de marchandises sont dégoûtantes.

Mercedes a confirmé que le Hungaroring lui convenait

George Russell est devenu le 105e pilote de l’histoire de la F1 à décrocher la pole position samedi. Sa victoire n’était pas tellement attendue et finalement elle n’a même pas eu lieu. Le talent britannique a d’abord géré une situation difficile dans le premier virage, où il a résisté à la pression de Carlos Sainz dans la Ferrari.

Peu de temps après, la voiture de sécurité virtuelle est entrée en jeu après un contact entre les pilotes en bout de grille. Russell a montré la même habileté au redémarrage qu’il y a une semaine en France aux dépens de Perez. Cette fois, il a échappé à Sainz, qui a tenté de le rattraper lors de la prochaine manche. Après les premiers arrêts aux stands, Russell a perdu la première place et ne l’a retrouvée qu’à la fin du grand prix.

Lewis Hamilton est parti de la septième place et déjà avant le premier virage, il est passé à la cinquième place. Il est resté longtemps derrière Lando Norris de McLaren, mais s’est finalement retrouvé devant lui. Il semblait déjà que cela ne suffirait pas pour le podium, mais après un autre acte tragi-comique de Ferrari, des options se sont ouvertes pour le septuple champion du monde. Grâce également à la stratégie intelligente, il était très rapide à la fin et avec six tours à faire, il a pris la deuxième place devant son coéquipier Russell. Le premier Verstappen avait déjà trop d’avance.

Après la course, Hamilton était particulièrement excité par la dernière étape : « Au début de la course, j’avais du mal et je n’étais pas sûr de pouvoir rattraper les gars devant. Mais petit à petit, les choses se sont améliorées avec l’équilibre. a également pris un très bon départ. Un autre double podium est quelque chose de spécial pour nous. Nous réduisons clairement la perte. Peut-être que dans la deuxième partie de l’année, nous ajouterons un peu de puissance et commencerons à nous battre avec les gars à l’avant. »

Mercedes a enregistré un autre double podium et dans la Coupe des constructeurs, il s’est beaucoup rapproché de la deuxième Ferrari. La différence n’est plus que de 30 points.

Ferrari trouve toujours un moyen de tout gâcher

Après le harakiri stratégique en France, Ferrari espérait un bon résultat. Sainz part deuxième, Leclerc troisième, tandis que Verstappen est dixième. Des conditions presque idéales pour réduire la perte dans la lutte pour le titre. Cependant, la Scuderia a une fois de plus montré qu’elle pouvait réussir le quasi-impossible.

Déjà après la précédente course en France, le journaliste Sam Smith réagissait ainsi aux dérapages de la Scuderia : « Quand est-ce que la dernière fois qu’un pilote et une équipe ont ensemble jeté le titre de champion de manière aussi irresponsable que cette année ? J’essaie de me souvenir d’un tel cas extrême, vraiment étonnant au niveau F1.

En Hongrie, cette tendance négative non seulement n’a pas disparu, mais s’est même intensifiée. Essayons de le décomposer.

Leclerc

Cet article est un contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Irène Belrose

« Fanatique de musique. Penseur maléfique. Accro au café. Spécialiste du voyage. Créateur. Praticien de l’Internet.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.