Il admire Chávez et Castro et est maintenant sur le point de vaincre Macron

Il admire Chávez et Castro et est maintenant sur le point de vaincre Macron

Ce n’est qu’en juin qu’il deviendra clair si l’ancien et nouveau président français Emmanuel Macron peut gouverner efficacement et atteindre ses objectifs climatiques ambitieux ou relever l’âge de la retraite.

Dans moins de deux semaines, débutera le premier tour des élections législatives, dont sortiront le futur Premier ministre français et l’ensemble du gouvernement.

Il n’est pas arrivé au cours des dernières décennies que des électeurs aient refusé au président nouvellement élu la majorité absolue au parlement.

La raison réside dans le système des élections parlementaires, dans lequel certains partis peuvent remporter un nombre disproportionné de sièges par rapport à la part des suffrages exprimés. Le système électoral majoritaire à deux tours favorise considérablement les grands partis et les diverses coalitions, lorsque, par exemple, tous les partis concernés appliquent ce que l’on appelle cordon sanitaire et toujours faire équipe contre le candidat de Marine Le Pen dans la circonscription.

C’est pourquoi le parti de Le Pen, malgré un soutien élevé, a un minimum de députés. Cela conduit à des situations absurdes lorsque, par exemple, le Parti communiste, qui n’a obtenu que 2,72 % des voix lors des dernières élections législatives, a remporté plus de députés que l’Assemblée nationale de Le Pen avec plus de 13 %.

Mais des surprises peuvent aussi se produire cette fois, car il y a toujours autant d’électeurs radicaux de gauche et de droite.

Bien que le parti de Macron soit un grand favori, sa victoire n’est pas du tout certaine.

Le président nouvellement élu Macron est très impopulaire, beaucoup ont voté pour lui en avril juste pour empêcher la victoire de Le Pen.

De plus, les élections législatives sont très locales, le soutien des maires et des députés régionaux faisant une différence significative. Et ici, le parti de Macron a considérablement échoué ces cinq dernières années, avec peu de possibilités de s’ancrer dans les régions, et les élections municipales et régionales ont été une échappatoire pour lui.

C’est pourquoi son parti La République en marche se présente au sein de la grande coalition Ensemble (Ensemble), tandis que Macron a également dû accepter l’ancien Premier ministre populaire Édouard Philipp, avec qui il entretient une relation de longue date. Macron voulait à l’origine exclure Phillip de cette collaboration, mais à cause de sa force, il ne pouvait pas se le permettre. La Coalition Together réunit finalement sept partis – de la droite modérée en passant par les partis centristes jusqu’à la gauche progressiste. On s’attend actuellement à ce qu’il obtienne la majorité au parlement, mais le régime de Macron sera compliqué par sa diversité.

Mais le plus grand risque pour Macron est la coalition de gauche actuellement forte dirigée par Jean-Luc Mélenchon. C’est ce gauchiste radical qui peut influencer significativement les élections de juin.

Il aime l’Amérique du Sud et déteste l’UE

Jean-Luc Mélenchon a terminé troisième de l’élection présidentielle, mais il peut maintenant remporter le premier tour des élections législatives avec un bénéfice d’environ 30 %.

Il a réussi une chose exceptionnelle : il a réuni la gauche française fragmentée en une seule coalition, qui présentera un candidat commun dans chaque circonscription. Sa coalition NUPES (abréviation de Nouvelle Union populaire, écologique et sociale) est composée de quatre partis – le propre parti de Mélenchon, la France Inflexible, et les Socialistes, Verts et Communistes.

À première vue, il est clair qu’il n’y a pas de coalition de gauche modérée.

Quelle sorte de France représente cette gauche radicale qui peut obtenir le plus de voix au premier tour ?

Jean-Luc Mélenchon est engagé en politique depuis son lycée. C’est pendant ses années de lycée qu’ont eu lieu les violentes manifestations étudiantes de mai 1968, qui ont failli renverser le président de l’époque Charles de Gaulle et sont toujours un grand symbole pour la gauche française.

Mélenchon était le meneur de ces manifestations dans son lycée. En tant qu’étudiant, il était déjà membre d’organisations étudiantes qui s’inspiraient du trotskysme. Il a ensuite rejoint le Parti socialiste de François Mitterrand et a occupé plusieurs postes de parti et ministériels.

Peu à peu, cependant, il se détourne de ce parti, il n’aime pas l’approche du centre ni les attitudes pro-européennes des socialistes. Pour l’eurosceptique Mélenchon, l’UE est un projet néolibéral, ils ne cachent donc pas leur volonté de ne pas respecter le droit et les règles de l’UE.

Mélenchon est également très proche de Amérique du Sud et son chef et dictateur de gauche. Comme le communiste Eric Hobsbawm, il considère l’Amérique du Sud comme le seul endroit où la politique se déroule encore dans les anciennes « bonnes » règles de la lutte des classes. Il est un admirateur de l’ancien président brésilien Lulu, de la présidente bolivienne Eva Morales et du dictateur cubain Fidel Castro. En 2012, il a même voyagé avec Hugo Chávez, le président socialiste du Venezuela, après quoi il a écrit : « Je n’ai jamais vu un tel zèle politique… A mi-parcours, j’ai réalisé que j’étais en larmes. »

Mélenchon se livre aux parallèles historiques de la lutte des classes et des mouvements de gauche. Par conséquent, même dans sa nouvelle coalition NUPES, on peut voir le symbolisme historique, qu’il met habilement au premier plan. La nouvelle coalition est annoncée vers le 3 mai, tandis que le 3 mai 1936, une coalition de communistes, socialistes et autres partis radicaux remporte le second tour des élections législatives, poussant ainsi son candidat au poste de Premier ministre.

La coalition NUPES actuelle a des objectifs très radicaux. Il veut abaisser l’âge de la retraite à 60 ans, augmenter le salaire minimum à 1 500 euros, plafonner les prix des produits de base, promouvoir la planification environnementale centrale, déclarer une sixième république ou mettre fin au respect du droit et des règles de l’UE. Le dernier point – le non-respect du droit européen – a posé un gros problème aux Verts et aux Socialistes, traditionnellement pro-européens. Groupe des Verts européens il a même condamné cette nouvelle coalition et la participation des Verts français à celle-ci.

Néanmoins, la coalition attire un grand nombre d’électeurs, en particulier des jeunes. Jusqu’à 59 pour cent (!) Les électeurs âgés de 18 à 24 ans voteraient désormais pour la NUPES, contre 44 % dans la tranche d’âge des 25 à 34 ans.

A l’heure actuelle, la coalition NUPES devrait recueillir 142 contre 184 députés, ce qui est beaucoup, mais il est peu probable que cette coalition obtienne la majorité absolue en raison du système à deux tours et n’atteigne donc pas l’objectif d’élire Mélenchon comme premier ministre.

Cependant, il est possible qu’il prive Macron d’une majorité absolue, qui devra accepter de gouverner avec des républicains ou une gauche plus modérée.

En particulier, cependant, alors que la plus grande élection de l’UE à ce jour dans les élections françaises a jusqu’à présent été les résultats des nationalistes entourant Le Pen, cette fois la montée inattendue de la gauche radicale est une plus grande menace.

Gaspard Pettigrew

"Lecteur. Fanatique de la cuisine professionnelle. Écrivain. Gourou d'Internet. Amateur de bière d'une humilité exaspérante. Fan de café sans vergogne."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.