Macron a qualifié la guerre en Ukraine de brutale

Le président français Emmanuel Macron a averti vendredi que les conséquences de la guerre en Ukraine subsistaient et a appelé les Français à accepter que les problèmes actuels soient « le prix qu’ils doivent payer pour la liberté en Europe ».

Comme l’a rapporté l’AFP, Macron a passé l’appel quelques heures seulement après s’être entretenu avec le président russe Vladimir Poutine.

La guerre fait rage à quelques heures de route de la frontière

S’exprimant à l’occasion du 78e anniversaire de la libération de Bormes-les-Mimosas dans le département du Var, situé dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Macron a qualifié l’attaque de l’armée russe contre l’Ukraine de brutale et a déclaré que le 24 février il a rendu à l’Europe une guerre qui faisait rage « à quelques heures (de voyage) de nos frontières ».

Selon Macron, Poutine tente d’imposer sa « volonté impériale » à l’Europe. En violant la souveraineté des États et en faisant preuve d’un « mépris inacceptable pour les peuples », Poutine évoque les « fantômes de la revanche » du passé et souhaite qu’ils fassent partie du quotidien de « l’Europe, nos voisins, nos amis », Macron a dit.

De plus en plus critique envers Poutine

Macron, qui insiste depuis longtemps sur l’importance du dialogue avec Poutine, est de plus en plus critique à l’égard du président russe, a rappelé l’AFP.

Lors du dernier appel téléphonique avec Poutine, Macron a exhorté la Russie à accepter les conditions de l’Ukraine et à autoriser les inspecteurs nucléaires de l’ONU à visiter la plus grande centrale nucléaire d’Europe dans la ville de Zaporozhye, qui a été occupée par les troupes russes.

La présence de soldats russes dans l’établissement et la situation peu claire suscitent une grande inquiétude pour la communauté internationale, a rappelé l’AFP.

Le premier en trois mois

Poutine et Macron ont également discuté de l’expédition de céréales et d’autres produits alimentaires en provenance de Russie, qui sont exemptés des sanctions imposées à la Russie après son invasion de l’Ukraine.

Comme l’a rappelé l’AFP, il s’agissait de la 20e conversation téléphonique de Macron avec Poutine cette année, mais la première de ces trois derniers mois.

Ne négligez pas

Poutine et Macron demandent une inspection par l’AIEA de la centrale nucléaire de Zaporozhye

Irène Belrose

« Fanatique de musique. Penseur maléfique. Accro au café. Spécialiste du voyage. Créateur. Praticien de l’Internet.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.